Assassin’s Creed Revelations | L’Apogée d’Une Civilisation

Assassin’s Creed Revelations, quatrième épisode de la saga du même nom, conclut enfin le récit du mystérieux Ezio Auditore. Après deux opus se déroulant dans le Nord de l’Italie et à Rome, notre héros quitte la botte en quête des clefs d’un secret caché par son ancêtre Altaïr dans la très colorée Constantinople, autre lieu de conflit opposant les Templiers aux Assassins.

Véritable conclusion d’un héros, Revelations a déjà un mérite, celui de ne pas reprendre l’air déjà connu de l’Italie, déjà quelque peu lassant dans AC Brotherhood. Ici, c’est au peuple Ottoman, Byzantin, Rom que l’on a à faire dans un cadre bien plus exotique, beaucoup plus coloré et extrêmement détaillé. La situation d’Ezio incite elle aussi le joueur à de nouveau se plonger dans l’aventure, ce dernier étant en quête non pas d’une cible qu’il a manqué plus jeune mais d’une énigme qui lui ouvrira les portes de la vérité et de la compréhension. Cette recherche sera l’occasion de connaître plus en détail la vie d’Altaïr, héros du premier épisode de la saga, présenté sous un jour plus intéressant, sous les traits d’un sage dirigeant, bien éloigné de l’arrogant criminel de la Terre Sainte.

En revanche, côté ludique, pas grand chose de nouveau à l’horizon, Revelations n’est que le perfectionnement de Brotherhood, lui même amélioration de ACII. On retrouve donc la progression par missions scénarisée entrecoupées par la possibilité de visiter en long et en large la cité du Bosphore. En tant que leader d’un groupe occulte, vous devrez donc petit à petit vous mettre la population dans la poche par le rachat des commerces, la libération de zones stratégiques, l’assassinat de personnes influentes. Nouveauté, si votre réputation de meurtrier devient trop importante, les Templiers se feront un plaisir d’attaquer une de vos bases pour récupérer son influence ce qui donne lieu à des séquences stratégiques où votre seul rôle sera de placer vos troupes pour repousser les assauts de vos adversaires.

En dehors de tout cela, vous devrez envoyer vos émissaires dans diverses régions de la Méditerranée et, une fois aguerris, pourront intervenir durant les combats ou vos missions pour faire le sale boulot à votre place. Vous pourrez toujours améliorer votre équipement, changer de fringues…En effet, la formule commence déjà à sentir la poussière d’autant que la jouabilité ne profite pas d’éventuelles refontes. La balade, si elle demeure encore grisante, sera aussi le lieu des maladresses de l’ami Ezio, pas toujours facile à diriger, et de batailles toujours aussi peu amusantes. Les soldats errant dans la cité tournent toujours autour de vous annonçant longtemps à l’avance leur intention d’attaquer, heureusement, votre expertise martiale bien supérieure permet d’achever les débats relativement rapidement. Le Florentin est tout de même équipé d’un crochet tout neuf autorisant une escalade plus rapide et confortable, lui offrant la capacité à faire de la tyrolienne et peut désormais fabriquer et utiliser des bombes utiles pour l’offensive, la diversion ou la fuite.

Néanmoins, l’aventure se vit avec toujours autant de passion. L’exploration de Constantinople relève du délice épicé, éblouit le joueur de ses couleurs flamboyantes, révèle les caractères de personnages charismatiques et intéressants quoique peu profonds, et permet de découvrir petit à petit ce qui se passe dans le triste monde des Assassins et de Desmond, coincé entre deux mondes.

S’il ne surprend pas par son originalité, s’il frustre parfois, la faute à une maniabilité régulièrement approximative, AC Revelations reste une invitation au voyage. Une fois terminé, il ne reste plus qu’à attendre le prochain épisode de la saga qui promet enfin de donner un bon coup de pied dans la fourmilière et avant tout, de situer l’Assassin dans un tout nouveau cadre historique. Vivement

Publicités

Votre Avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s